Loi sur le CO2 : le référendum a abouti !

perito-moreno-800×600

Le comité référendaire a annoncé le 12 janvier que ce sont plus de 100 000 signatures qui ont été remises à la Chancellerie fédérale en soutien au référendum contre la révision de la loi sur le CO2 votée par le Parlement en septembre dernier. C’est un grand succès car 50 000 auraient suffi. Le vote devrait avoir lieu le 13 juin 2021.

Cette loi entérine une doctrine climatique qui, sans ce référendum, ne ferait l’objet d’aucune mise en question. Pourtant la science climatique est loin d’être concluante et satisfaisante, et les extrapolations faites en son nom sont pour le moins scabreuses voire scandaleuses. Sous le prétexte monomaniaque de la culpabilité humaine d’un réchauffement climatique, une urgence a été construite donnant lieu à des politiques de coercition, pourtant inutiles et inefficaces, qui s’avéreront très dommageables pour notre pays.

Il est remarquable qu’enfin, pour la première fois dans l’histoire, un débat public à ce sujet soit devenu obligé. Cela ne s’est passé dans aucun pays et, oui, la Suisse montre l’exemple. Il faut simplement espérer que ce débat porte sur le fond et ne se limite pas seulement aux aspect mercantilistes de qui paie et qui reçoit combien.

À cet effet, j’ai élaboré un argumentaire dans lequel plusieurs aspects de la question sont abordés. Voir ci-dessous.

Il est aussi recommandé de consulter la position climatique que le think-tank Carnot-Cournot-Netzwerk a récemment publiée.

Tout désaccord avec mes thèses pourra enfin faire l’objet d’une dispute honnête et bienvenue.

(À télécharger, imprimer en double face avec retournement sur bord long, plier et couper en deux : un petit livret est à mettre dans sa poche).

sechon-climatique

Alternative : lien à un document PDF plus « habituel » pour cet argumentaire.

Billet original publié sur MR’s Blog : https://blog.mr-int.ch/?p=7223.

Rougemont Michel_de
Bitte teilen Sie diesen Beitrag mit

2 Kommentare

  • Völlig richtig! Danke

  • Hanspeter Vogel

    „Tout ce que nous savons avec certitude, c’est que nous nes savons rien avec certitude“.
    C’est l’impression quei me donne l’excellent argumentaire de M de Rougement. Et pourtant, il faut décider!
    Ce n’est pas une sitation nouvelle en soi, étant donné que la plupart des décisions doivent être prises avec un certain degré d’incertitude.
    C’est dans ces conditions que le parlement a voté la Loi Co2 avec une immense majorité. Ceci après 2 ans de discussion.
    La discussion politique que l’auteur demande a donc eu lieu.
    Il n’en demeure pas moins que la Loi Co2 ne contient pas mal d’idioties, comme la taxe su les billets d’avion par exemple.

    Mais je ne pense pas qu’une large discussion populaire va apporter quelque chose de plus. Le peuple sera de nouveau inondé par des arguments farfelus de tous côtés. Et personne ne va thématiser le vrai problème de la politique énergétique suisse, soit la sortie du carbone ET du nucéaire en même temps sans être en mesure de pouvoir garantir un aprovisionnment fiable en électricité propre.

    Le DETEC a, en effet, mis la charrue devant les boeufs: d’abord sortit du fiable et après chercher des solutions de rechange. Il s’agit là d’une bêtise helveto-helvetique qui n’intéressera le climat d’aucune manière.

Leave a Reply to Hanspeter Vogel Cancel reply